À la recherche du plastique disparu !

Dans ce reportage, partons à la recherche du plastique disparu.

devenir du plastique dans nos océans

Les fous du Zéro Déchet, voient le mal (plastique) partout et ils ont raison. Cette matière se retrouve dans notre environnement terrestre et marin, nous le savons. Mais jusqu’à quel point ? Un morceau de plastique reste-il à la surface de l’eau indéfiniment ? Se fait-il ingérer par la faune ? est-il désintégré petit à petit ? En combien de temps ? Où finissent-ils et quel impact à ce phénomène sur l’eau, la faune et la flore … et la chaîne alimentaire ? Un des derniers reportages qui m’a marqué ces derniers temps est celui diffusé par Arte en Septembre sur le devenir du plastique dans nos océans. Effectivement, après quelques années, ils disparaissent de la surface, mais seulement 1% est retrouvé. On ne retrouve pas le reste.

Les gyres océaniques, ces tourbillons présentés comme d’énormes monstres avalant tous les déchets acheminés depuis la côte par les courants ont un côté « rassurant » et tangible, puisque nous nous imaginons qu’il suffirait de foncer là-bas et de tout nettoyer. Mais un déchet quittant la côte peut mettre jusque 10 ans avant de rejoindre un gyre, et a donc tout le temps de se dégrader, et une fois le gyre atteint, il continuera sa longue dégradation au fond de l’eau ou d’un estomac…
Les chercheurs ont également découvert des zones d’accumulations sous-marines, tels que les canyons, où de grandes quantités de plastique coincées ont été retrouvées.

En effet, Lucy Woodall, biologiste marin et chercheuse en écologie moléculaire, en effectuant des recherches sur les espèces sous marines entre 300 et 3000 mètres, à découvert par hasard que les concentrations de microplastiques dans les fonds, sont 1000 fois supérieurs qu’à la surface. Un peu à la manière d’un iceberg, nous ne verrions qu’une petite partie du phénomène, le reste du problème, bien plus important qu’on ne l’imagine nous est caché, bien au fond de l’eau. La chercheuse aurait aussi retrouvé des fibres de plastique au fond des sédiments. À se demander si le plastique ne commencerait-il pas à rentrer dans la chaîne alimentaire

Et bien justement, le professeur Colin Janssen travaille au Laboratoire de Toxicologie Environnementale en Belgique. Il a découvert qu’un consommateur de moules ingérerait jusqu’à 1100 microplastiques par an et que 60 microplastiques pénètreraient ses tissus.
Il nous reste à découvrir les conséquences sur l’organisme humain…
Toutes les espèces sont touchées, de la baleine au plancton.

En 2015, les scientifiques ont recensé 560 espèces qui ont soit ingéré du plastique, soit pris au piège par du plastique.
Les microplastiques se sont immiscés dans la chaîne alimentaire.
1/4 de nos poissons en contiennent et 1/3 des huîtres de nos poissonneries.

Ce reportage met en lumière le fait qu’il n’y a pas « d’ailleurs », nous vivons dans un vase clos. Ce que nous jetons dans nos océans nous réapparaîtra forcément, quelque soit sa forme et tôt ou tard.

Par içi le reportage ! Bon film !

Merci d’avoir lu ce petit résumé. N’hésitez pas à me faire part de vos impressions et remarques sur ce reportage. Je serais ravie de pouvoir échanger avec vous sur le sujet. Ou simplement sur l’article d’ailleurs !

2 pensées sur “À la recherche du plastique disparu !”

    1. Merci beaucoup pour ton commentaire La Fourmi Elé ! Oui c’est le terme : navrant. Et puis ça finit dans nos estomac … Comme tu dis vive les tote bags mais aussi tous les petits gestes du quotidien qui limiteront la consommation de plastique. Je trouve ce genre de reportage très pertinent dans le sens où on a un état des lieux de cette pollution mais on va plus loin dans l’analyse. On commence à s’inquiéter de l’entrée du plastique dans notre chaîne alimentaire et son impact sur notre organisme. On en est là … Donc à vos tote bags 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *